Enfouissement


Lorsque les déchets non spécifiques ne sont pas valorisables au départ des déchèteries ou dans les installations de traitement du SIGIDURS, ils sont traités par enfouissement au Centre de stockage des déchets (CSD) de Bouqueval.

Datant des années 60, le CSD de Bouqueval est une installation de stockage de déchets non spécifiques (ISDND) de 250 hectares. La structure géologique du terrain, à base de sablon, de grès et de calcaire convient parfaitement à l’enfouissement de déchets.

Le CSD de Bouqueval traite en moyenne 800 000 tonnes de déchets par an, soit les déchets de
2 millions de personnes.

Le creusement de chaque alvéole produit 800 000 tonnes de matériaux dont la moitié est vendue. La production totale de biogaz s’élève à 13 000 m3 par heure dont 10 000 sont valorisés pour produire
10 MW/heure d’électricité, soit la consommation moyenne d’une ville de 30 000 habitants.

Comment ça marche ?


Le procédé d’enfouissement

Après préparation, les déchets sont étalés et compactés par des engins en couches successives dans des alvéoles. D’une superficie de 10 hectares, chaque alvéole est profonde d’une quinzaine de mètres et est étanche.

En moyenne, une alvéole est comblée en 18 mois. Elle est ensuite recouverte de terre avant d’être reboisée.

Les lixiviats

Les alvéoles sont équipées de drains afin de récupérer les eaux de pluie qui traversent les couches de déchets. Ces eaux appelées lixiviats sont rejetées dans le milieu naturel après traitement et contrôle de leur qualité conformément à la réglementation.

Les eaux de ruissellement

Les eaux qui ne sont pas en contact avec les déchets sont acheminées vers un bassin de stockage pour être traitées par décantation. Elles sont ensuite rejetées dans le milieu naturel après contrôle de leur qualité conformément à la réglementation.

Le biogaz

C’est le gaz produit par la dégradation de la matière organique naturelle contenue dans les déchets stockés. Il comprend essentiellement du méthane et du gaz carbonique.

Au fur et à mesure du remplissage des alvéoles, des drains capteurs de biogaz sont installés entre les couches de déchets. Les déchets sont contrôlés avant d’être enfouis et le biogaz produit lors de leur décomposition est valorisé en électricité.

Chaque alvéole produit du biogaz pendant environ 25 ans, mais la production est plus importante pendant les 10 premières années.

La production d’électricité par le biogaz

Après captage et contrôle, les 10 000 m3 de biogaz produits par le CSD de Bouqueval sont brûlés dans 3 chaudières. Chaque chaudière fournit de la vapeur alimentant une turbine qui entraîne un alternateur. L’électricité produite par cet alternateur est ensuite transformée en haute tension et envoyée via des lignes enterrées vers le réseau EDF.

Une intégration paysagère

L’aménagement des installations et des casiers est réalisé en fonction de la topographie du site afin de réduire au maximum l’impact paysager. L’exploitation par alvéole de petite taille favorise une revégétalisation rapide du site après exploitation.

Lien vers le site du CSD de Bouqueval (http://www.valorisation-dechets-bouqueval.veoliaenvironnement.com/)