Valorisation énergétique


La valorisation énergétique consiste en l’incinération des déchets dans des fours spécifiques. Ce procédé aboutit à la création de chaleur servant par exemple à alimenter des systèmes de chauffage et d’électricité.

Une partie des déchets contenus dans nos poubelles n’est pas recyclable. On les appelle déchets résiduels. Ces déchets constituent néanmoins une source d’énergie importante dont l’exploitation limitera d’autant l’utilisation de ressources fossiles (pétrole, gaz, charbon,…) ou nucléaires.

Les déchets résiduels font l’objet d’un traitement par incinération avec valorisation énergétique.

Comment ça marche ?

Une fois collectés, les déchets sont acheminés à l’usine d’incinération. Ils sont versés en vrac dans la fosse de réception où ils sont brassés avant d’être transportés dans l’un des deux fours grâce à un grappin. Chaque four peut valoriser jusqu’à 10 tonnes de déchets par heure, ce qui représente une capacité de 150 000 tonnes de déchets par an.

Dans les fours, les déchets sont utilisés comme des combustibles. Ils sont incinérés à une température d’environ 1 000 °C. Une chaudière de récupération, équipant chaque four, utilise la chaleur issue de la combustion des déchets pour produire de l’eau surchauffée.
L’eau ainsi chauffée passe dans un turbo-alternateur produisant de la vapeur et de l’électricité, c’est la valorisation énergétique des déchets.

Un réseau de 2,2 kilomètres entre l’usine et la centrale thermique a été créé afin de transporter l’eau surchauffée. Cette énergie thermique permet aujourd’hui le chauffage de 15 000 logements du Grand Ensemble à Sarcelles.

L’énergie électrique produite est destinée à l’autoconsommation du site et au réseau ERDF. Elle représente la consommation électrique de 3 400 foyers.

La chaleur générée par la combustion des déchets non recyclables permet à la fois le chauffage de logements et la production d’énergie électrique.