Centre de Valorisation Energétique


Mis en service en 1979, le Centre de valorisation énergétique (CVE) permet de traiter par incinération les déchets résiduels. L’installation appartient au SIGIDURS, son exploitation est déléguée à la société SAREN.

D’une capacité de traitement autorisée de 150 000 tonnes par an, il réceptionne les ordures ménagères et les encombrants incinérables issus du territoire du SIGIDURS, et de 4 villes limitrophes de Seine Saint-Denis.

Le fonctionnement du Centre de valorisation énergétique

Illustration_CVE

Les camions chargés des déchets issus des bacs ou des bornes d’apport volontaire sont vidés dans la fosse de réception (3 000 m3) où leur contenu est stocké. Les déchets sont ensuite homogénéisés à l’aide de grappins avant d’être progressivement transférés dans deux fours.

Chacun des deux fours de l’installation peut traiter en moyenne 10 tonnes de déchets par heure. Alimentés en continu, ils fonctionnent 24h/24, 7j/7 et cela 333 jours par an. Des périodes d’arrêt techniques sont cependant nécessaires pour assurer la maintenance (nettoyage, remplacement de pièces usées).

À la manière d’un combustible, les déchets sont incinérés à une température de 1000 °C. La chaleur dégagée est récupérée via des chaudières réchauffant de l’eau, portée à l’état de vapeur surchauffée (380 °C à 42 bars).

Cette vapeur alimente un ensemble turbo-alternateur produisant de l’électricité à haute tension. Celle-ci est autoconsommée sur site pour le fonctionnement des pompes de circulation, ventilateurs, convoyeurs,…. L’excédent est injecté sur le réseau ERDF et correspond à la consommation électrique de 3 400 foyers.

À la sortie du turbo-alternateur, la vapeur conserve suffisamment d’énergie pour fournir de la chaleur. Cela constitue la source principale d’énergie (84 % en 2014) du réseau de chauffage de Sarcelles. Environ 15000 logements sont desservis par ce réseau.

Grâce à cette cogénération (électricité et chauffage) la performance énergétique du CVE dépasse 65 %, critère distinguant la valorisation énergétique.

Les mâchefers sont les résidus solides et non toxiques recueillis en sortie du four d’incinération. Ils sont constitués de produits minéraux incombustibles : verre, oxydes et hydroxydes métalliques, silice,… Les mâchefers représentent environ 180 kg par tonne de déchets incinérés. Ils sont déferraillés, ce qui permet de récupérer chaque année 3500 tonnes de métal recyclable. Les mâchefers restants sont ensuite traités et valorisés en technique routière.

La règlementation relative aux mâchefers, en vigueur depuis le 1er juillet 2012, impose la surveillance de 22 paramètres (teneurs en métaux, composés organiques et autres polluants) conditionnant la possibilité et le type de réutilisation. La traçabilité des mâchefers est assurée jusqu'au chantier consommateur final.

Les fumées émises par l'incinération des déchets sont dépoussiérées et dépolluées avant d’être rejetées dans l’atmosphère.

Le CVE est soumis à une règlementation stricte concernant les émissions atmosphériques. Celles-ci doivent respecter les seuils définis par arrêté préfectoral, qui transpose la règlementation nationale renforcée par le plan particulier de protection de l’atmosphère de l’Ile de France.

Huit catégories de polluants sont ainsi mesurées en continu avant rejet dans l’atmosphère. Ces mesures sont complétées par des contrôles de laboratoires indépendants, deux fois par an, qui confirment le respect des valeurs limites d’émissions et le bon fonctionnement des analyseurs en cheminée.

Depuis mai 2014, des systèmes de prélèvement en continu sur cartouches mesurent la teneur en dioxines et furannes des fumées. Les résultats confirment le respect des seuils autorisés.

De plus, l’impact sur l’environnement est étudié grâce à l’analyse du lait de vaches d’une ferme à proximité du site et à un réseau de stations de recueil des précipitations sur un périmètre de 8 km autour du CVE. Depuis 2006, les résultats démontrent que le CVE n’a pas d’impact sur les retombées de métaux lourds et de dioxines.

Les REFIOM sont des Résidus solides d’Épuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères. Ce sont les cendres, les particules volantes issues du dépoussiérage et les déchets pulvérulents provenant du traitement des fumées.

Les REFIOM représentent 2,5 % du tonnage des déchets traités par le CVE, soit 3 730 tonnes.

Acheminés en Allemagne, les REFIOM sont traités et conditionnés pour combler les cavités d’une mine d’extraction de potasse. L’utilisation de REFIOM permet d’économiser des ressources naturelles.

Informations techniques
Mise en service : mai 1979
Capacité de traitement : 150 000 tonnes/an
Équipement : 2 fours chaudière
Effectif : 30 personnes
Exploitant : Saren
Valorisation énergétique en 2014
152 837 MWh d’énergie thermique vendue
15 687 MWh d'énergie électrique vendue