sigidurs

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

A votre service pour vos déchets

La prévention

La prévention des déchets c’est quoi exactement ?

La prévention des déchets a pour objectif de réduire le volume de déchets à traiter, avant même qu’ils ne soient produits et de diminuer leur nocivité. Elle vise aussi le changement de comportement de tous et s’applique à toutes les étapes de la vie des produits, de leur conception à leur fin de vie.

 

Pourquoi réduire ses déchets ?

Avec en moyenne 365 kg d’OMA (ordures ménagères et assimilées) produits par an et par habitant (auxquels il faut ajouter environ 225 kg déposés en déchèteries), la production de déchets ménagers et assimilés a doublé en 40 ans (source ADEME).

Face à cette augmentation, la prévention est devenue la priorité nationale dans la gestion des déchets. Pour cela, le Grenelle de l’environnement a fixé comme objectif aux collectivités de réduire de 7 % par habitant la production des déchets (OMA).

Pour atteindre cet objectif, le SIGIDURS s’est engagé dans un Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD) en signant un accord cadre avec l’ADEME et la Région Ile de France en février 2011 avec un objectif de réduction de 7% des ordures ménagères et assimilées pour 2015. Cet objectif représente sur les 5 années une baisse de 24 kg par habitant.

La prévention des déchets contribue, non seulement à la préservation des ressources et à la diminution des gaz à effet de serre mais elle présente également un véritable intérêt économique en baissant sensiblement les coûts de collecte, de traitement des déchets et en étant source d’activités et de création d’emplois.

 

Comment réduire ses déchets

En changeant nos comportements, nous pouvons adopter des réflexes simples pour produire moins de déchets et ceux que nous ne pouvons (ou ne voulons) pas éviter, nous devons les trier (verre, papier, carton, fer, aluminium, plastique) afin qu’ils soient recyclés.

Chaque geste compte !

Nous pouvons tous agir de manière concrète et systématique.

  • Mieux acheter, c’est penser aux déchets futurs dès l’étape du choix, en privilégiant les produits ayant moins d’emballage et ceux qui sont réparables et rechargeables, c’est acheter d’occasion voire emprunter ou louer.
  • Mieux utiliser, c’est réduire la quantité des produits utilisés en respectant les doses prescrites et en privilégiant les produits réutilisables.
  • Moins jeter, c’est prolonger la durée de vie des produits, donner ou vendre ce dont on ne se sert plus, composter ses déchets organiques…

Produire moins de déchets, c’est possible ! En faisant ses courses, à la maison, au jardin, au bureau… il suffit de changer certaines de nos habitudes et d’adopter quelques gestes simples.
C’est ce qu’on appelle la réduction des déchets à la source. En plus, ces gestes simples nous permettent souvent de faire des économies. Alors, pourquoi s’en priver ?

Tous les acteurs du territoire sont également concernés : les mairies, les écoles, les associations, les entreprises, les commerces…

J’achète à la coupe ou en vrac

Faire mes courses sans m’encombrer des emballages et en ne prenant que la juste quantité, c’est possible : il me suffit d’acheter à la coupe, au détail ou en vrac… ça peut également être une bonne façon de faire des économies sur de nombreux produits. Et en plus, en achetant des produits à la coupe ou en vrac, je peux réduire mes déchets d’emballages !

En bref :
Avec les produits à la coupe, au détail ou en vrac, j’achète la juste quantité et je limite mes déchets d’emballages.

J’achète des éco-recharges

Quand je dois racheter des produits nettoyants, j’ai très souvent la possibilité de choisir les formats éco-recharges plus économiques et moins encombrants dans le sac de courses puisqu’ils ont 50 à 70 % d’emballages en moins que les formats classiques. Alors pourquoi hésiter ? Et en plus, en achetant des éco-recharges, je peux réduire mes déchets d’emballages !

En bref :
Quand c’est possible, mieux vaut racheter des éco-recharges : c’est plus économique et ça génère moins de déchets.

J’évite le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire c’est aussi un gaspillage d’argent : tous les produits que je jette, je les ai payés avant, sans compter après les coûts de collecte et de traitement des déchets. En achetant malin, en conservant bien mes aliments, en cuisinant astucieusement, je peux éviter de jeter des aliments et je fais de vraies économies ! Et en plus en limitant le gaspillage alimentaire, je peux réduire mes déchets de 20 kg par an. En effet, chaque Français jette en moyenne 7 kg d’aliments encore emballés auxquels il faut ajouter encore 13 kg de restes de repas, fruits et légumes abimés, pain non consommé…

En bref :
Acheter malin, bien conserver et cuisiner astucieusement c’est éviter le gaspillage d’aliments et d’argent.

J’offre des cadeaux dématérialisés

Plutôt que d’offrir une énième tasse à café ou le dernier gadget à la mode qui finira rapidement à la poubelle soit parce qu’il lasse vite soit parce qu’il est trop fragile, j’opte pour un cadeau dématérialisé qui privilégie l’instant vécu et l’originalité. Et en plus, sans emballage ni forme matérielle, les présents dématérialisés ne surchargent pas les poubelles.

En bref :
Les cadeaux dématérialisés : des cadeaux originaux et qui génèrent moins de déchets.

J’utilise mon sac ou mon cabas

Les sacs jetables cumulent les inconvénients : leur durée de vie est très courte puisqu’ils finissent la plupart du temps à la poubelle au bout de 20 minutes, ils sont fragiles et font rapidement mal aux mains quand les courses sont lourdes… Je n’hésite pas, j’utilise à la place un cabas ! C’est plus solide, plus confortable à l’usage et bien plus joli ! Et en plus, en utilisant un cabas, je peux réduire mes déchets d’emballages !

En bref :
Un cabas, c’est bien plus pratique, solide et plus joli que des sacs plastiques jetables.

Je limite les emballages

Les produits qui multiplient les emballages prolifèrent sur le marché. Tous ces emballages m’encombrent, en particulier ceux qui sont inutiles et finissent directement à la poubelle au retour des courses. Pourquoi ne pas choisir les produits proposés avec moins d’emballages d’autant plus qu’ils sont souvent moins chers à l’achat ? Et en plus, en limitant les emballages, je peux réduire mes déchets de 26 kg par an !

En bref :
Quand c’est possible, je choisis les produits avec moins d’emballages : c’est souvent plus économique et ça génère moins de déchets.

Je privilégie les produits écolabellisés

Soucieux d’acheter des produits à la fois performants et plus respectueux de l’environnement, parmi tout ce qui m’est proposé, je privilégie les produits qui sont écolabellisés.

En bref :
Je privilégie les produits portant l’Écolabel Européen.

J’emprunte ou je loue

Scie électrique, décolleuse à papier peint, appareil à fondue, tente, skis, … ces objets sont utiles mais je ne les utilise pas très souvent et ils prennent de la place chez moi. Pourquoi les acheter alors que je pourrais les louer voire même les emprunter à mes voisins ? Au final, c’est moins de dépenses, de la place gagnée et peut être même l’occasion de sympathiser avec les habitants du quartier. Et en plus, moins d’objets achetés c’est moins de ressources consommées pour les produire et donc plus de déchets évités !

En bref :
J’emprunte ou je loue les objets dont j’ai peu l’utilité : c’est plus économique et je génère moins de déchets.

J’inscris “STOP PUB” sur ma boîte aux lettres

Les prospectus que je reçois ne m’intéressent pas vraiment… voire pas du tout. Ma boîte aux lettres en est pleine et je perds du temps à les trier pour retrouver mon courrier. C’est décidé, je les refuse en inscrivant “STOP PUB” sur ma boîte aux lettres. Et en plus, grâce au stop pub, je peux réduire mes déchets de 13 kg par an !

En bref :
Grâce au STOP PUB, je reçois moins de prospectus et je réduis mes déchets.

J’utilise des piles rechargeables

Bien qu’un peu plus chères à l’achat, les piles rechargeables ont une durée de vie beaucoup plus longue que les piles jetables et permettent donc à terme de faire de vraies économies. Elles sont également beaucoup plus pratiques à l’usage : quand elles sont déchargées, plus la peine de courir les magasins pour en acheter de nouvelles, il suffit de les insérer dans le chargeur. Alors pourquoi m’en priver ?

En bref :
Les piles rechargeables sont plus économiques à l’usage et limitent la production de déchets polluants.

Je donne, je vends au lieu de jeter

J’ai chez moi des objets dont je n’ai plus du tout l’utilité mais qui sont encore en bon état alors pourquoi les jeter ? En les donnant, je peux aider des personnes de mon entourage qui pourraient en avoir besoin : famille, amis, voisins… Je peux également les donner à des associations. En les revendant d’occasion, je peux me faire un petit complément d’argent. En les troquant, je peux acquérir en échange d’autres objets dont j’ai besoin et qui ne me coûteront rien.

En bref :
Je donne, je vends, j’échange ce dont je n’ai plus l’utilité : je fais de la place et je réduis mes déchets !

Je répare ou je fais réparer

Lorsque l’un de mes appareils ne fonctionne plus, j’ai le réflexe de vérifier s’il est réparable. Si la panne provient par exemple d’une petite pièce défectueuse, il suffit peut-être de la remplacer plutôt que de racheter un appareil tout neuf. J’évite ainsi les dépenses inutiles… et par la même occasion, de produire des déchets.

En bref :
La réparation permet de prolonger la durée de vie de mes objets et de réduire mes déchets.

J’utilise de la vaisselle réutilisable

Les occasions de manger en plein air ne manquent pas : pique-niques, goûters d’anniversaire, apéritifs entre amis, dîners festifs dans le jardin… Alors pourquoi ne pas investir dans de la vaisselle réutilisable ? C’est pratique, facile d’entretien, très tendance et tellement plus agréable que la vaisselle jetable ! Et en plus, avec la vaisselle réutilisable, je réduis mes déchets !

En bref :
C’est agréable de déjeuner dehors, et encore plus agréable avec de la vraie vaisselle et moins de déchets.

Je fais du compost

Pour avoir un beau jardin sans me ruiner en engrais, c’est simple : je fabrique du compost à partir de mes déchets de cuisine et de jardin ! Le compost s’effectue très facilement à même le sol ou en bac et au bout de quelques mois, j’obtiens un amendement de qualité pour mes sols sans rien avoir déboursé. Et en plus, en faisant du compost, je peux réduire mes déchets d’au moins 60 kg par an !

En bref :
Grâce au compost, mon jardin est plus beau et je réduis mes déchets.

Je pratique le paillage

Au pied de mes arbustes, massifs floraux, sous les haies, entre les rangs de mon potager … il y a toujours des mauvaises herbes qui appauvrissent le sol en eau et nutriments. Pour y remédier, j’utilise mes déchets verts en paillage qui, en plus d’empêcher le développement d’herbes indésirables, nourrit la terre, limite le dessèchement du sol, les écarts de température… et tout cela gratuitement ! Et en plus, en paillant, je réduis mes déchets !

En bref :
Grâce au paillage, mon jardin est plus beau et je réduis mes déchets.

J’utilise ma tasse au bureau

C’est l’heure de ma pause alors thé, café ou chocolat ? Ca dépend de l’heure et de mes envies mais dans tous les cas, si je veux apprécier ma boisson chaude, j’évite le gobelet jetable et je me sers de ma tasse aux propriétés plus isolantes et tellement plus agréable à l’usage ! Et en plus, en utilisant ma tasse au bureau, je réduis mes déchets !

En bref :
Au bureau, j’utilise ma tasse : ma boisson chaude n’en sera que meilleure et je produirai moins de déchets.

Je limite mes impressions papier

Les documents imprimés ont beaucoup d’inconvénients : ils se perdent souvent, prennent de la place parfois inutilement, se diffusent moins facilement que les documents électroniques et finissent par coûter cher en papier, en encre… C’est décidé, je n’imprime que si c’est vraiment indispensable ! Et en plus, en limitant mes impressions, je peux réduire mes déchets de 6 kg par an !

En bref :
En limitant mes impressions, je limite mes dépenses et mes déchets.

Lutte contre le gaspillage alimentaire

En moyenne, les Français jettent 20 kg de déchets alimentaires chaque année, dont 7 kg de produits non consommés encore emballés ! Un gaspillage qui a de multiples conséquences sur le budget des ménages, l’environnement et qui pèse sur nos poubelles !

Disons stop au gaspillage alimentaire en adoptant des gestes simples. 

En particulier sur les repas pris « hors foyer »

Le potentiel de réduction est important, en particulier sur les repas pris « hors foyer ». Dans les cantines scolaires par exemple, la moyenne nationale en gaspillage alimentaire est de 120 g par enfant et par repas (selon une étude du Ministère de l’Agriculture publiée en 2011).

Dans une cantine de 500 demi-pensionnaires, cela représente 60 kg de nourriture mis à la poubelle chaque jour. En un an, cette quantité est estimée à plus de 8 tonnes.

Depuis 2012, le SIGIDURS accompagne des cantines scolaires en leur proposant de participer à l’opération « STOP AU GASPILLAGE ALIMENTAIRE ».

Étalée sur une année scolaire, cette opération vise à sensibiliser, de façon ludique et pédagogique, les élèves au gaspillage de nourriture. L’objectif principal était de provoquer une prise de conscience collective sur l’importance de réduire le gâchis alimentaire.

En effet, la méconnaissance du nombre de repas à préparer, les menus proposés inadaptés aux goûts des enfants, ou encore les portions inappropriées à leurs besoins, sont autant d’exemples facteurs de gaspillage alimentaire

Le PLPD en action

Le Grenelle de l’Environnement fixe un objectif national de réduction des déchets de 7 %.

Lancé en 2011, le Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD) du SIGIDURS prévoit la mise en œuvre de plusieurs actions permettant d’atteindre cet objectif et destinées à accompagner les habitants et les collectivités afin qu’ils réduisent leur production de déchets grâce à des gestes simples et réalisables au quotidien.

L’atteinte de ce “-7%” se fera grâce aux actions menées par le SIGIDURS comme par exemple : la promotion du compostage, la réduction des prospectus publicitaires, le réemploi…mais aussi par l’éco exemplarité des collectivités.

Achats éco-responsables

La réduction des déchets s’opère dès l’achat dans le magasin. L’objectif du SIGIDURS est de sensibiliser les habitants-consommateurs afin qu’ils modifient leurs habitudes d’achats en favorisant les produits moins générateurs de déchets et plus respectueux de l’environnement (éco-labélisés).

Changer les comportements demande du temps, c’est pourquoi, depuis 2011, la consommation responsable fait l’objet d’animations lors de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD) ou de la Semaine du Développement Durable (SDD).

En partenariat avec les enseignes de la grande distribution, un stand autour des chariots maxi/mini déchets est animé durant ces événements.

Pour cela, deux chariots contenant des produits identiques (mêmes marques et même quantité de produits) sont présentés. L’un, le chariot « mini déchets », génère moins de déchets d’emballages avec des produits grand format, réutilisables, rechargeables, en vrac, labellisés… ; l’autre, le chariot « maxi déchets », est rempli de produits en petit conditionnement, jetables…

Pour attirer l’attention, la différence de prix est signalée à l’avant des chariots (le « mini déchets » étant de près de 30 euros moins cher que le « maxi déchets »).

Développement du Réemploi

Réduire les quantités de déchets produits, sensibiliser les habitants au réemploi et aux bonnes pratiques en matière de réduction des déchets, donner une seconde vie aux objets, tels sont les objectifs du SIGIDURS qui a mis en place plusieurs actions dans ce sens.

Réemploi en déchèterie

Une part non négligeable d’objets déposés en déchèterie peut encore servir et être réemployée. Partant de ce constat, le SIGIDURS a lancé une expérimentation en partenariat avec Emmaüs de Bernes sur Oise (acteur majeur du réemploi).

Un espace de dépôt temporaire a ainsi été installé sur la déchèterie de Louvres pendant une période de deux mois. L’association a récupéré 4,5 tonnes d’objets, principalement des meubles et de l’électroménager, pouvant être réutilisés, réparés et revendus dans son magasin.

Cette expérimentation a permis de donner une seconde vie aux objets et de sensibiliser les usagers de la déchèterie à cette pratique.

Troc-livres en gare

Le troc-livres consiste à échanger un livre déjà lu ou inutilisé contre un autre. Les dons doivent concerner des ouvrages en bon état et de préférence des romans, des documentaires, des livres de jeunesse et des bandes dessinées.

En partenariat avec la SNCF, le SIGIDURS mène ponctuellement cette action dans plusieurs gares de son territoire.

Repair Café

Né aux Pays-Bas, ce concept qui essaime actuellement en France est l’occasion de réparer ou de faire réparer ensemble des objets qui seraient sinon destinés à être jetés.

C’est une activité de réparation participative, un lieu convivial où chacun vient avec son objet abîmé : vêtement (textile), petit appareil ménager (PAM), ordinateurs, jouets, bijoux…on les répare ensemble avec l’aide de bénévoles.

Le SIGIDURS organise des Repair Cafés lors de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets ou pendant sa journée porte ouverte.

Réduction des prospectus publicitaires

1800 tonnes de prospectus publicitaires sont distribuées chaque année sur le territoire. Plus de 25 % des foyers ne lisent pas la publicité. Pour eux, ce sont environ 15 kg de papier qui passent directement de la boîte aux lettres à la poubelle. De plus, une partie des prospectus distribués n’est pas triée.

L’action du SIGIDURS consiste à promouvoir le stop pub, en distribuant l’autocollant aux habitants, en les sensibilisant mais aussi en travaillant en direction des distributeurs afin qu’ils le respectent davantage.

Avec le stop pub, les habitants qui ne lisent pas la publicité papier et qui ne souhaitent plus la recevoir peuvent l’afficher clairement sur leur boîte aux lettres !

Les autocollants visent les publicités non sollicitées. Vous continuerez donc à recevoir les bulletins municipaux de votre commune et les informations des collectivités territoriales dont vous dépendez.

Comment vous procurer un stop pub ?